Welcome to Pro-Femmes/Twese Hamwe

Phone Number

+250 788 521 600

News

Home / News

Les chargés d’Etat Civil dans le district de Nyabihu s’engagent à la lutte contre les violences domestiques.

Le Collectif Pro-Femmes/Twese Hamwe, continue à contribuer à sa vision d’avoir une société pacifique, sans violence de toute forme et sans discrimination basée sur les inégalités du genre afin de promouvoir une participation effective dans le processus de la gouvernance inclusive et la participation citoyenne sans distinction à tous les niveaux.

Afin de prévenir les violences basées sur le genre qui constituent une menace dans la société rwandaise en général et dans les familles rwandaises, précisément dans le District de Nyabihu dans lequel intervient le projet intitulé la « Promotion des Droits des Femmes et le Renforcement des Capacités » ;Pro-Femmes prend relève dans le renforcement des capacités des agents chargés de l’état civil au niveau des secteurs du District de Nyabihu afin de donner leur apport dans la promotion des droits de la famille et de lutte contre les violences qui font partie de leurs activités quotidiennes comprenant les actes de l’état civil en lien avec le mariage et les naissances.

Malgré les efforts consentis par différent partenaires et intervenants entre autre PFTH, il s’observe les violences basées sur le genre en particulier les violences domestiques.C’est dans ce contexte que PFTH utilise toutes les stratégies innovatrices possibles pour répondre aux doléances de la communauté quand bien même ces stratégies engagent les détenteurs du pouvoir. Il faut reconnaître que la particularité du problème fait recours aux différents moyens. Pour cet état des choses il nécessite ainsi une grande implication de certaines autorités pour la promotion du genre et la lutte contre les violences basées sur le genre.

Le manque d’information voire même l’ignorance de la loi régissant les personnes et la famille ainsi que la loi réprimant les violences basées sur le genre, soit par la population et les intervenants, font que certaines familles vivent ou expérimentent les violations des droits de la personne d’où les violences tant économiques, physiques, psychologiques/morales que sexuelles. Sur ce, le renforcement des capacités s’avèrent très capital pour les détenteurs de pouvoir ayant dans leurs attributions tout ce qui est lié à l’état civil et la lutte contre les violences afin de les équiper avec des connaissances pour faire face et surtout prévenir desdites violences domestiques.

Enfin, les participants ont compris le lien entre les droits de la famille et les violences basées sur le genre tel que prévu dans la législation Rwandaise et prennent des actions et stratégies d’y faire face convenablement.Ensuite, ils se sont dotés des stratégies de communication adéquates dans le cadre de lutter contre les violences basées sur le genre notamment en ce qui concerne la préparation et l’enseignement donnés aux futurs époux, tout en leur expliquant la nature de chaque type de régime matrimonial pour les aider à faire un choix approprié toujours dans le cadre de lutter contre les violences basées sur le genre.